En route vers Woodstock : De Kerouac à Dylan, la longue marche des Babyboomers, Jean-Marc Bel (Le Mot et le Reste)

41st1THcg+L._SY344_BO1,204,203,200_

Jean-Marc Bel dresse dans ce livre documentaire le portrait d’une génération d’Américains, la génération des babyboomers. Alors que Kennedy devient le 35e président des États-Unis, donnant à la jeunesse un brin d’espoir pour l’avenir, le rock’n roll voit le jour avec Bill Haley, Chuck Berry et bien sûr Elvis Presley. C’est une description aussi bien historique, politique, sociale, que musicale de toute une décennie.

De la crise de Cuba, à la guerre du Vietnam, en passant par la lutte menée par Martin Luther King pour les droits civiques des Noirs, l’assassinat de celui-ci, mais aussi de Kennedy, les premiers hippies, le développement du LSD, etc. ; d’Elvis à Jimmy Hendrix jouant The Star Spangled Banner au festival de Woodstock, sans oublier l’artiste majeur de cette décennie, Bob Dylan, l’auteur construit son livre, en établissant des parallèles entre l’évolution politique et sociale et l’évolution musicale et culturelle (c’est également l’époque de Kerouac et Ginsberg notamment). Le rock’n roll qui faisait enragés les adultes et parents devient ultra-populaire, tandis que naissent d’autres courants musicaux, jusqu’à la folk, menée, entre autres, par Bob Dylan et Joan Baez, donnant des hymnes aux étudiants, jeunes et marginaux en lutte contre la politique américaine, notamment la politique étrangère. Viendront ensuite le rock anglais des Beatles et le rock psychédélique de Jefferson Airplane et Jimmy Hendrix. Le dernier chapitre se clôt sur l’organisation et le déroulement du Woodstock Music and Art Fair.

 

L’auteur parvient à retracer une décennie aussi riche politiquement que musicalement sans perdre le lecteur. Certains sujets sont évidemment traités plus rapidement que d’autres, l’auteur attendant du lecteur une certaine connaissance de l’époque et des références culturelles. C’est un livre que je recommande car il dresse un panorama assez complet, même si certains pourront regretter une trop grande subjectivité de l’auteur sur certains sujets politiques ou sociaux. Ce n’est pas un essai sur Woodstock, mais plus un documentaire qui nous entraîne avec bonheur sur le chemin du festival, après nous avoir replacés dans le contexte d’une époque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s