Vernon Subutex 2, Virginie Despentes (Grasset)

8139mJnQyZL

Après un premier tome prometteur et largement salué par la critique, Virginie Despentes revient avec Vernon Subutex 2.

L’ancien disquaire se retrouve à la rue après avoir profité de l’hospitalité offerte plus ou moins de bon cœur par ses proches. Rongés par l’inquiétude et la culpabilité, ces derniers partent à sa recherche. Autre objet de convoitise, les enregistrements-testaments de la rockstar Alex Bleach. La Hyène à qui Dopalet à confier la mission de les retrouver ne s’attend pas à ce qu’elles contiennent de telles révélations. Faut-il donner les cassettes à Dopalet ou bien informer ce groupe improbable qui colle au basque de Vernon après l’avoir retrouvé au parc des Buttes-Chaumont ?

Virginie Despentes a le don de donner souffle, vie et tripes à ses personnages. On en apprend davantage à leur sujet. Aucun aspect de leur personnalité n’est laissé de côté. L’auteur dissèque leur sentiment et leurs opinions pour en donner un portrait d’un grand réalisme. Alors qu’ils auraient pu paraître pour certains caricaturaux dans le premier tome, ils apparaissent ici avec leurs contradictions, leurs doutes, de quoi les rendre encore plus humains.

Vernon est au second plan, mais il reste au cœur de l’ouvrage comme le centre de gravité du roman. L’accent est mis sur les personnages de La Hyène, qui va déclencher le bouleversement du roman, d’Anaïs, l’assistante de Dopalet, d’Aïcha, la fille de Vodka Satana, star du porno morte d’une overdose, de Patrick, qui se remet doucement des événements du premier tome, et de Loïc que l’on découvre davantage. Chacun lutte avec ses démons et se retrouve à un croisement de sa vie, le moment pour eux de faire des choix et d’avancer sur une nouvelle route.

La rue a changé Vernon. Reprendre une vie normale n’est pas si simple. C’est qu’il semble avoir pris goût à ce détachement matériel et à ses nouveaux compagnons SDF. Pourtant, lorsque ses proches le retrouvent, il savoure une nouvelle vie. Le cadre est le même, la rue, les rails, les Buttes-Chaumont, mais il devient pour le groupe comme un gourou mystique. Sa présence est diffuse, on en viendrait même à l’oublier, si tous ne gravitaient pas autour de lui, cherchant quoi ? du réconfort ? des réponses ? ou tout simplement cette sensation de liberté offerte par ses mix ?

On retrouve le style de Despentes, sa plume directe, ses mots qui vont droit au but, des scènes de violence sans filtre, mais aussi ça et là des traces d’humour et de tendresse. L’auteur est surtout témoin de notre époque et c’est avec une énergie furieuse qu’elle nous livre ce constat sombre et sans concession.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s