Le Pape, le Kid et l’Iroquois, Anonyme (Sonatine)

le pape le kid et l'iroquois

En 2010, Sonatine publie le premier roman d’un auteur anonyme : Le livre sans nom. Thriller fantastique et délirant, Le livre sans nom est le premier volume d’une série sur le personnage du Bourbon Kid, un tueur en série trash, caché sous une large capuche noire et accro au bourbon. La série bouscule les codes du thriller, mêle l’humour et le scabreux et enchaîne les références à la pop culture.

En 2014, l’auteur, qui tient toujours à son anonymat, publie Psycho Killer, un nouveau thriller aussi fou que les précédents mettant en scène l’Iroquois, un tueur en série au masque d’Halloween et à la crête rouge. Sur fond de BO de Dirty Dancing, l’auteur enchaîne les descriptions de meurtres sanglants.

Le nouveau livre de l’auteur est un cross-over de ces deux univers : Le Pape, le Kid et l’Iroquois. Pour accueillir ces héros atypiques, il fallait un cadre à la hauteur. Le bruit court que l’Iroquois a pour projet d’assassiner le Pape. Rodéo Rex, Bourbon Kid et Elvis se lancent à sa poursuite pour l’en empêcher. La rumeur semble infondée et très vite l’Iroquois se mêle à l’équipe du Bourbon Kid pour sauver le Pape.

Comme toujours le roman déborde d’humour et de références à la pop culture : Grease, Dirty Dancing, Breaking Bad,… Le roman est hyper actuel et le fait savoir. L’auteur a toujours le don de créer des personnages totalement atypiques et complètement fous qui portent une histoire parfois un peu longue. Heureusement, les répliques sont toujours bien trouvées, les personnages ont des réparties cinglantes et le rythme des dialogues est soutenu.

L’écriture de l’auteur est toujours aussi cinématographique. On visualise très facilement les scènes, ce dont on se passerait bien parfois… Certaines d’entre elles sont en effet assez écœurantes.

Cette surenchère dans le gore et le trash a de quoi lasser et montre une furieuse tendance de l’auteur à l’autoparodie. On ne peut pas lui reprocher des scènes si trash qu’on ne lit plus que d’un œil (les scènes avec Mozart sont sûrement les plus terribles), après tout il s’agit d’un thriller mettant en scène des tueurs en série, mais certains passages très largement scatologiques n’ont aucun intérêt narratif et nous laissent dans un état nauséeux assez inconfortable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s