0

California Girls, Simon Liberati, 2016 (Grasset)

9782246798699-001-x

Année 1969, Californie. Dans la nuit du 8 au 9 août 1969, l’actrice et compagne de Roman Polanski, Sharon Tate, alors enceinte, est sauvagement assassinée. Les autres habitants de la villa située au 10050 Cielo Drive subissent le même sort. Les coupables : un garçon et trois filles, tous membres de la secte de Charles Manson.

Nous sommes dans les années 1960, la mode est aux hippies, aux communautés, à l’amour libre et à l’expérimentation de drogues de toutes sortes. La « famille » Manson vit à Spann Ranch, près de Los Angeles. A la tête de cette communauté, il y a Charles Manson, ancien proxénète, déjà condamné, également pour des faits de vol. Aux yeux de ses adeptes, Manson est une réincarnation du Christ. Charismatique et colérique, il a tous les pouvoirs sur sa communauté, principalement constituée de jeunes filles isolées de leur famille et en fuite.

Lire la suite

0

Carthage, Joyce Carol Oates, 2015 (Philippe Rey)

livre_galerie_282

Dans la famille Mayfield, il y a Zeno, le père, ancien maire estimé de tous, sa femme Arlette engagée dans des œuvres de charité et leurs deux filles. Juliet est la jolie, Cressida l’intelligente. Cette dernière, hors norme, cynique, dérange et déstabilise même ses proches. Un soir, Cressida disparaît. Son sang est retrouvé dans la jeep de Brett Kincaid, l’ancien fiancé de sa sœur, de retour d’Irak, blessé et défiguré. Des témoins jurent avoir vu Cressida dans un bar avec Brett le soir de sa disparition.

Dans ce roman, Joyce Carol Oates retrouve ses thèmes de prédilection : l’adolescence, la famille, la blessure, l’humiliation et le mystère. Ce roman est aussi l’occasion pour elle d’évoquer l’Amérique post-11-Septembre : la guerre en Irak et le retour difficile de ces héros traumatisés et laissés pour compte.

Lire la suite

0

C’est beau une ville la nuit, Richard Bohringer, 1990 (Folio)

md7724839366

C’est beau une ville la nuit est un long poème en prose ponctué de paroles de chansons, de confessions, de cris du cœur. Richard Bohringer se raconte dans un récit sans linéarité, comme pour coller à une vie faite d’errance. Impossible de ne pas entendre la voix si particulière de l’acteur à la lecture de ses mots. Une voix et un style que l’on devine façonnés par les coups durs de la vie, une enfance sans parents, une rupture amoureuse, l’alcool, l’héroïne, les amis perdus. Richard Bohringer écrit comme il parle, sans fioritures, en toute franchise. On devine derrière les coups de gueule un cœur trop sensible, une personnalité à vif. Le style est saccadé, musical, comme du slam avant l’heure.

Richard Bohringer porte un regard touchant et empathique sur le monde et les hommes.

« Écrire relève de l’espérance. Tu mets la virgule là où tu veux que ça freine et le point là où tu veux que ça s’arrête. Quand tu veux laisser ton idée faire son chemin sans toi, tu rajoutes quelques points. Quand tu t’étonnes, tu peux t’exclamer, c’est pas obligé. Et puis le reste, tu laisses à ceux qui veulent tout expliquer. »

 « Vie je te veux. Je t’ai toujours voulue. J’avais pas le mode d’emploi. C’est pour ça que j’ai tant attendu. Pour te dire combien je t’aime. Comme si t’avais toujours eu ta place dans mon horizon. Mais comment faire pour t’aimer ? Vraiment t’aimer. »

0

La réserve, Russel Banks, 2008 (Actes Sud)

ob_bf2251_la-reserve-medium

En 1936, autour du lac des Adirondacs, une fête est donnée par le célèbre docteur Cole et son épouse. Ces New Yorkais richissimes, qui fréquentent des gens du même standing, profitent de leur luxueux chalet perdu dans un îlot de paradis. Le peintre Jordan Groves, célèbre pour son art, ses voyages, ses liaisons extraconjugales et sa réputation sulfureuse de communiste, est invité à la soirée et rencontre à cette occasion Vanessa, la fille du docteur Cole, captivante, mystèrieuse et surtout complètement névrosée. Cette rencontre bouleverse le peintre, marié et père de deux enfants qui, s’il est habitué aux histoires d’un soir, sent que cette femme pourrait remettre en cause l’équilibre de son couple.

La mort du docteur Cole va venir bouleverser ce petit monde en apparence si tranquille. Les secrets les plus enfouis seront déterrés, la personnalité de chacun se révèlera au grand jour. Alors que Jordan Groves tente de résister à la tentation, il découvre que sa femme Alicia mène elle aussi une double vie.

Lire la suite

0

Et toi, tu as eu une famille ?, Bill Clegg, 2016 (Gallimard)

CVT_Et-Toi-Tu-As-Eu-une-Famille-_9621

Le roman s’ouvre sur un drame. Le matin du mariage de la fille de June Reid, un incendie ravage sa maison. Elle est la seule rescapée mais elle vient de perdre sa fille, Lolly, son futur gendre, son ex-mari Adam et son petit-ami Luke. Comment se remettre d’un tel drame ? Pour June, la solution est dans la fuite. Elle prend la route et quitte le Connecticut. Au fil de son voyage, c’est l’histoire de sa famille qui se recompose : les liens perdus, ceux que l’on a cherché à reconstruire, les liens naissants.

Bill Clegg ne s’attarde pas sur la tragédie de l’incendie mais, comme le laisse suggérer le titre, s’interroge sur la famille. Il donne la parole à de nombreux narrateurs, proches des victimes, parents, amis, employés,… Grâce à ce procédé et à une construction non linéaire du récit, le lecteur lève peu à peu le voile sur l’intrigue et sur les liens qui unissent chacun des personnages.

Lire la suite

0

Nymphéas noirs, Michel Bussi, 2013 (Pocket)

9782258088269

Dès le début du roman, le lecteur est averti : deux des trois personnages féminins que nous allons rencontrer vont mourir. Le premier drame qui touche Giverny est pourtant l’assassinat de Jérôme Morval. Ce Normand était un amateur d’art et de femmes. Ses relations avec des marchants de tableaux et ses liaisons extraconjugales sont les premières pistes qui s’imposent à l’inspecteur Sérénac, fraîchement débarqué dans la région, et son adjoint Bénavides.

Lire la suite

0

Nana, Emile Zola, 1880

27041

Dans ce neuvième tome des Rougon-Macquart, nous retrouvons Nana, rencontrée dans le tome précédent, L’Assommoir. C’est dans ce roman que le lecteur avait vu grandir la fille de Gervaise. Témoin de la déchéance et des mœurs dissolus de ses parents, Nana est une petite fille vagabonde et vicieuse.

Lorsque l’on retrouve Nana dans cet opus, elle est sur la scène du théâtre des Variétés et fait sensation dans le rôle de La Blonde Vénus. La jeune femme est pourtant dépourvue de talent, mais son charme, son audace et son attitude provocante ne laissent aucun homme indifférent. Dans son bel appartement, offert par un amant russe, défilent ses admirateurs, ses amants et ses créantiers. Pour subvenir à ses besoins et à ceux de son jeune fils, Louiset, né de père inconnu, Nana se livre à la prostitution. Elle organise également des soirées où se mêlent des filles légères, des acteurs et ses nombreux prétendants. Un de ces hommes, le banquier Steiner, lui offre une maison à la campagne. Nana s’y rend et entreprend une liaison avec le jeune Georges Hugon, tout en poursuivant sa liaison avec le comte Muffat.

Lire la suite