0

La fourmi rouge, Emilie Chazerand, 2017 (Sarbacane)

couv-la-fourmi-rouge-620x987

Vania Strudel a 15 ans et elle déteste sa vie. Et il y a de quoi quand son prénom fait penser à des protections périodiques et son nom de famille à une pâtisserie allemande. Quand on vit seule avec son père taxidermiste. Quand son meilleur ami, Pierre-Rachid, sort avec Charlotte, la même qui nous maltraite depuis des années, celle qui, une fois, a mis du laxatif dans notre lait chaud. Quand notre meilleure amie pue. Attention, rien de méchant ici : elle pue car elle est atteinte du fish-odor syndrom ! Un jour, Vania reçoit un mail mystérieux. L’auteur anonyme la secoue, lui balance quelques vérités bien difficiles à encaisser et l’invite à devenir une fourmi rouge parmi les noires. De quoi chambouler encore plus la vie de l’adolescente.

Ce roman est un régal ! Vania est un personnage haut en couleur. Atypique avec son ptosis (la paupière de son œil gauche tombe) et sa maladresse, c’est une jeune fille très attachante. Alors certes ses réflexions et ses réparties sont parfois très dures. C’est qu’en bonne fourmi rouge, elle pique ! Mais derrière cette énorme carapace forgée de ses mensonges se cache une grande sensibilité. Et puis c’est une ado de 15 ans, ça lui donne le droit d’être extrême dans ses réactions ! Heureusement pour elle, malgré les épreuves qui s’enchaînent et lui tombent dessus, elle peut compter sur ses proches. Son père d’abord. Parfois maladroit, un peu loufoque, pas le genre qu’on a envie d’exhiber à ses amis à première vue, mais un homme au grand cœur qui a élevé seul sa fille, à l’écoute et prêt à accepter ses sautes d’humeur. Son voisin, ami depuis l’enfance, Pierre-Rachid, Pirach pour les intimes. Avec lui, elle a tout partagé, elle le connait par cœur. Même si elle peine à le reconnaître après les vacances d’été lorsqu’il se transforme en magnifique jeune homme. Manque de bol, c’est sur « CettepoufiassedeCharlotte » qu’il jette son dévolu ! Il y a aussi Victoire sa meilleure amie que la plupart des gens ne peuvent pas sentir (rapport au fait qu’elle sent le poisson !). Et enfin il y a Abraham Horowitz, 76 ans, et sa fille Rachel. Après une série d’AVC, Abraham a une activité cérébrale ralentie et ne parle pas. Vania est chargée de s’occuper de lui lorsque Rachel obtient des rendez-vous galants.

Dans ce roman, on suit Vania dans son quotidien, on s’amuse de ses maladresses, on s’agace parfois de ses colères et on espère qu’elle osera enfin affronter la vérité. Vérité que l’on ignore dans les premières pages et que l’auteur explicite au fur et à mesure. L’écriture est dynamique, fluide et ne tombe jamais dans la facilité. Les dialogues sont crédibles, on se plonge facilement et rapidement dans cet univers. D’ailleurs on a du mal à lâcher le roman une fois commencé ! L’auteur parvient à être à la fois juste, drôle et touchante. Une vraie réussite !

 “Tu as le droit d’être un individu à part entière plutôt qu’un vague point dans
la masse. Certes, nous sommes tous des fourmis, vus de la lune. Mais tu peux être
la rouge parmi les noires. Qu’est-ce que tu attends pour vivre ?! Plus tard c’est maintenant. Demain c’est tout de suite. Passe la seconde”

Publicités
0

Songe à la douceur, Clémentine Beauvais, 2016 (Sarbacane)

couv-Songe-a-la-douceur-620x987

Ce roman de Clémentine Beauvais est totalement atypique. Il s’agit d’une véritable prise de risque de la part de l’auteur, qui ne fait pas dans la facilité en choisissant d’adapter Eugène Onéguine, roman en vers d’Alexandre Pouchkine, datant de 1831. Le risque est encore plus grand de proposer un roman en vers libre et de jouer autant sur la mise en pages et la typographie. Pourtant, l’auteur réussit ce pari haut la main !

L’histoire est celle de Lensky, Olga, Tatiana et Eugène et de leur découverte de la passion amoureuse. Lensky aime Olga à la folie. Son meilleur ami Eugène est un adolescent désabusé. La petite sœur d’Olga, Tatiana est malgré tout séduite par ce garçon à l’assurance déconcertante. Leur histoire ne dure pas : tout d’abord à cause du caractère d’Eugène et de son pessimisme mais surtout à cause d’un drame qui vient bouleverser la vie de ces adolescents.

Lire la suite

1

D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan (JC Lattès)

d-apres-une-histoire-vraie-de-delphine-de-vigan

Delphine de Vigan abreuve ce roman d’éléments autobiographiques : la narratrice se prénomme Delphine, son dernier roman dont le sujet principal était sa mère malade a connu un grand succès, son mari, François, est critique littéraire et réalise une série documentaire sur des auteurs américains. L’auteur s’engage par ce pacte autobiographique à parler d’elle. Sur la couverture, il est pourtant écrit « Roman ». C’est sur ce paradoxe entre fiction et réalité que se construit le livre.

Lire la suite