1

Portrait d’un fumeur de crack en jeune homme, Bill Clegg, 2011 (Jacqueline Chambon)

1507-1 (1)

Bill Clegg, la trentaine, vit à Manhattan avec son petit ami Noah, réalisateur, et vient de créer avec une amie sa propre agence littéraire. En apparence, la vie de « Billy » a de quoi faire rêver. Sauf que ce récit autobiographique se concentre sur sa descente aux enfers. De junkie discret caché derrière l’apparence d’un jeune homme plein d’avenir à toxicomane coupé du monde et de ses proches,  Bill Clegg se livre avec une grande sincérité.

Comment expliquer cette addiction au crack ? L’auteur ne se risque pas à répondre à cette question mais envisage des pistes à travers des flash-backs sur son enfance, sa relation compliquée avec son père, ses premières amitiés, ses premières amours,… De sa descente aux enfers, il ne cache rien non plus. On le suit dans ces nombreuses chambres d’hôtel qui accueillent sa déchéance. On le voit prendre les mauvaises décisions, reculer quand on lui tend la main, chercher de la compagnie dans sa solitude, s’approvisionner dans des doses toujours plus folles, s’enliser dans la paranoïa, convaincu d’être poursuivi par les stups, par les « mal sapés ».

Le récit évite bien des pièges propres à ce type de confession. Il n’y a ni pathos ni sensationnalisme. L’auteur se livre avec sincérité et simplicité ; les faits sont décrits tels qu’ils sont. Bill Clegg ne cherche pas à donner de leçons ni même à justifier son passé. Son écriture frappe par son dépouillement. Les phrases sont brèves, le rythme est vif et s’accélère sur les dernières pages. Le lecteur est sous-tension, comme hypnotisé par cette lecture. Le contraste entre une écriture si triviale et les faits relatés est d’autant plus saisissant. Bill Clegg, au cours de cette descente aux enfers, risque de tout perdre : sa carrière professionnelle et sa vie amoureuse. Ses proches sont présents, Noah surtout, remarquable par sa patience et sa persévérance. Mais Billy sombre, ne peut plus se passer du crack qui occupe entièrement son esprit. Il dépense une fortune auprès de ses dealers, finit par oublier de prendre soin de lui, perd énormèment de poids et réalise très vite qu’il devient aux yeux des inconnus qu’il croise dans les rues de Manhattan un toxico.

C’est un livre coup de poing qui frappe par sa sincérité, une lecture bouleversante qu’on ne lâche pas. La descente aux enfers est rapide, saisissante. On se retrouve enfermé dans des chambres d’hôtel avec ce narrateur si attachant dont on souhaite qu’il sorte de cet enfer, embrûmé par les vapeurs du crack, asphyxié par l’atmosphère moite d’un Manhattan témoin de l’errance de l’auteur.

Il existe une suite à ce récit, 90 jours dans lequel l’auteur raconte son retour à New York après sa cure de désintoxication. Le film Keep the lights on est quant à lui le récit de ce même épisode mais à travers les yeux d’Ira Sachs, le petit ami de Bill Clegg, rebaptisé Noah dans le récit.

Publicités
1

Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan (Le livre de poche)

images (1)

À première vue, le style de Delphine de Vigan n’a rien d’exceptionnel, même si l’écriture est maîtrisée et le ton est juste. Pourtant, au fil des pages, on est bouleversé par ce récit dont le sujet principal est la mère de l’auteur. Évidemment, l’histoire (vraie) de sa famille et de ses drames pourrait suffire à provoquer l’émotion. Mais si l’auteur a su conquérir le cœur du lectorat français, c’est aussi et surtout grâce à son écriture qui, sans s’en donner l’air, est d’une grande intensité. Il est difficile d’expliquer ces deux ressentis : ce sentiment d’une écriture presque banale et l’intensité du récit, le choc même au fil de la lecture. Cela est peut-être dû à un autre paradoxe : la pudeur de l’auteur qui pourtant ne nous cache rien de sa famille. Pour y parvenir, Delphine de Vigan ruse. Dans la première partie, elle raconte l’enfance de sa mère à travers un regard de narrateur totalement extérieur, puisqu’il ne peut en être autrement. Grâce à la troisième personne du singulier, l’auteur se met à distance de son sujet. Dans les parties qui suivent, c’est à travers un regard d’enquêtrice que Delphine de Vigan retrace la vie de sa mère. L’auteur a enquêté auprès de ceux qui l’ont cotoyée : ses frères et sœurs, son autre fille. Elle a recueilli des lettres, des journaux intimes, des cassettes enregistrées par son grand-père, Georges. Tout cela lui permet de dérouler le fil de la vie de sa mère tout en maintenant une distance qui semble indispensable pour lui permettre d’écrire ce livre mais surtout pour tenir le coup lors de cette entreprise qui se révèle douloureuse et traumatisante.

Lire la suite

0

En finir avec Eddy Bellegueulle, Edouard Louis (Points)

1507-1

L’auteur, Edouard Louis, assume et affirme le caractère autobiographique de son premier roman. Il y raconte son enfance et son adolescence dans un petit village Picard. On y rencontre sa famille : ses frères et sœurs ; son père qui travaille comme tous les hommes du village à l’usine, jusqu’au jour où une blessure au dos le conduit au chômage et à l’alcoolisme ; sa mère, qui travaille comme aide à domicile, élève ses cinq enfants et tient la maison. Eddy est différent des autres garçons qui l’entourent et ne rentre pas dans les codes de son monde. On le trouve bizarre, il est efféminé et préfère la compagnie des filles. Il vit l’enfer à l’école où deux élèves le harcèlent, l’insultent, le battent chaque jour. Hors de question de montrer qu’il souffre ou de laisser paraître ce qu’il a compris depuis longtemps : son homosexualité. Sa vie se résume à nier ce qu’il est. Il sourit pour ne pas décevoir ses harceleurs, se trouve des petites copines, fait tant bien que mal ce qu’on attend de la part d’un garçon de son âge, mais il finit toujours pas être rattrapé par la réalité.

Lire la suite

1

D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan (JC Lattès)

d-apres-une-histoire-vraie-de-delphine-de-vigan

Delphine de Vigan abreuve ce roman d’éléments autobiographiques : la narratrice se prénomme Delphine, son dernier roman dont le sujet principal était sa mère malade a connu un grand succès, son mari, François, est critique littéraire et réalise une série documentaire sur des auteurs américains. L’auteur s’engage par ce pacte autobiographique à parler d’elle. Sur la couverture, il est pourtant écrit « Roman ». C’est sur ce paradoxe entre fiction et réalité que se construit le livre.

Lire la suite