0

La fourmi rouge, Emilie Chazerand, 2017 (Sarbacane)

couv-la-fourmi-rouge-620x987

Vania Strudel a 15 ans et elle déteste sa vie. Et il y a de quoi quand son prénom fait penser à des protections périodiques et son nom de famille à une pâtisserie allemande. Quand on vit seule avec son père taxidermiste. Quand son meilleur ami, Pierre-Rachid, sort avec Charlotte, la même qui nous maltraite depuis des années, celle qui, une fois, a mis du laxatif dans notre lait chaud. Quand notre meilleure amie pue. Attention, rien de méchant ici : elle pue car elle est atteinte du fish-odor syndrom ! Un jour, Vania reçoit un mail mystérieux. L’auteur anonyme la secoue, lui balance quelques vérités bien difficiles à encaisser et l’invite à devenir une fourmi rouge parmi les noires. De quoi chambouler encore plus la vie de l’adolescente.

Ce roman est un régal ! Vania est un personnage haut en couleur. Atypique avec son ptosis (la paupière de son œil gauche tombe) et sa maladresse, c’est une jeune fille très attachante. Alors certes ses réflexions et ses réparties sont parfois très dures. C’est qu’en bonne fourmi rouge, elle pique ! Mais derrière cette énorme carapace forgée de ses mensonges se cache une grande sensibilité. Et puis c’est une ado de 15 ans, ça lui donne le droit d’être extrême dans ses réactions ! Heureusement pour elle, malgré les épreuves qui s’enchaînent et lui tombent dessus, elle peut compter sur ses proches. Son père d’abord. Parfois maladroit, un peu loufoque, pas le genre qu’on a envie d’exhiber à ses amis à première vue, mais un homme au grand cœur qui a élevé seul sa fille, à l’écoute et prêt à accepter ses sautes d’humeur. Son voisin, ami depuis l’enfance, Pierre-Rachid, Pirach pour les intimes. Avec lui, elle a tout partagé, elle le connait par cœur. Même si elle peine à le reconnaître après les vacances d’été lorsqu’il se transforme en magnifique jeune homme. Manque de bol, c’est sur « CettepoufiassedeCharlotte » qu’il jette son dévolu ! Il y a aussi Victoire sa meilleure amie que la plupart des gens ne peuvent pas sentir (rapport au fait qu’elle sent le poisson !). Et enfin il y a Abraham Horowitz, 76 ans, et sa fille Rachel. Après une série d’AVC, Abraham a une activité cérébrale ralentie et ne parle pas. Vania est chargée de s’occuper de lui lorsque Rachel obtient des rendez-vous galants.

Dans ce roman, on suit Vania dans son quotidien, on s’amuse de ses maladresses, on s’agace parfois de ses colères et on espère qu’elle osera enfin affronter la vérité. Vérité que l’on ignore dans les premières pages et que l’auteur explicite au fur et à mesure. L’écriture est dynamique, fluide et ne tombe jamais dans la facilité. Les dialogues sont crédibles, on se plonge facilement et rapidement dans cet univers. D’ailleurs on a du mal à lâcher le roman une fois commencé ! L’auteur parvient à être à la fois juste, drôle et touchante. Une vraie réussite !

 “Tu as le droit d’être un individu à part entière plutôt qu’un vague point dans
la masse. Certes, nous sommes tous des fourmis, vus de la lune. Mais tu peux être
la rouge parmi les noires. Qu’est-ce que tu attends pour vivre ?! Plus tard c’est maintenant. Demain c’est tout de suite. Passe la seconde”

Publicités
0

Les petites reines, Clémentine Beauvais, 2015 (Sarbacane)

Couv-Les-petites-reines-620x987

Cette année, Mireille Laplanche n’a pas gagné. Non, ce n’est pas elle le Boudin d’or. Elle est reléguée au rang de Boudin de bronze. Pendant trois années de suite, elle a pourtant remporté le premier prix. Cette fois, ce sont Hakima et Astrid les grandes gagnantes. Ces dernières sont désemparées face à la situation, contrairement à Mireille qui vit ça avec beaucoup d’autodérision. Les jeunes filles se rencontrent et décident – avec chacune une idée en tête – de se rendre à la Garden Party de l’Élysée… en vélo ! Les parents finissent par accepter, rassurés par la présence de Kader, le frère de Hakima (pour le plus grand plaisir de Mireille !). Pour financer leur road trip, elles cuisineront et vendront du boudin sur leur passage. Mais les jeunes filles n’avaient pas anticipé la médiatisation et ce qui allait en découler…

Dans ce roman, Clémentine Beauvais aborde de nombreux thèmes tous très sensibles avec beaucoup d’humour : harcèlement scolaire, handicap, diktat de la minceur, etc. L’intrigue est loufoque, peu réaliste, mais le ton de l’auteur, son style relevé et dynamique ainsi que le caractère bien trempé de son héroïne rendent cette lecture très prenante et très agréable. Mireille a un grand sens de la répartie et une franchise rafraichissante. Les personnages secondaires sont un peu écrasés par cette forte personnalité, ce qui est dommage. Hakima et Astrid ont pourtant un fort potentiel et pourraient être des personnages beaucoup plus riches. L’auteur veut aussi nous montrer que les trois filles vont grandir et mûrir pendant ce périple presque initiatique. L’évolution d’Astrid et Hakima m’a semblé plus subtile que celle de Mireille.

Ce roman a remporté de nombreux prix et a reçu des critiques élogieuses et bien méritées. On passe un très bon moment en compagnie des « trois boudins » : les réparties cinglantes de Mireille dédramatisent toutes les situations, leur amitié naissante nous touche et les situations auxquelles elles sont confrontées font écho à tout ce qu’on peut vivre dans notre quotidien. Un roman dans lequel un grand nombre d’adolescents devraient se retrouver et une lecture utile pour dédramatiser et apporter un peu de légèreté à de graves sujets.

0

Sans télé, on ressent davantage le froid, Titiou Lecoq, 2014 (Fayard)

9782213678672-X

Titiou Lecoq est journaliste. Elle travaille notamment pour le magazine en ligne, Slate. Elle tient également un blog Girlsandgeeks.com, dans lequel elle relate avec beaucoup d’humour et de second degré des tranches de vie.

Sans télé, on ressent davantage le froid réunit quelques-uns de ses billets de blog (parfois retouchés pour l’occasion). La première page de ce journal intime 2.0 naît d’une rupture amoureuse. L’occasion pour l’auteur d’évoquer sa vision de l’amour. À travers sa propre expérience, elle offre une analyse assez juste de l’amour chez la génération Y.

Lire la suite