0

En finir avec Eddy Bellegueulle, Edouard Louis (Points)

1507-1

L’auteur, Edouard Louis, assume et affirme le caractère autobiographique de son premier roman. Il y raconte son enfance et son adolescence dans un petit village Picard. On y rencontre sa famille : ses frères et sœurs ; son père qui travaille comme tous les hommes du village à l’usine, jusqu’au jour où une blessure au dos le conduit au chômage et à l’alcoolisme ; sa mère, qui travaille comme aide à domicile, élève ses cinq enfants et tient la maison. Eddy est différent des autres garçons qui l’entourent et ne rentre pas dans les codes de son monde. On le trouve bizarre, il est efféminé et préfère la compagnie des filles. Il vit l’enfer à l’école où deux élèves le harcèlent, l’insultent, le battent chaque jour. Hors de question de montrer qu’il souffre ou de laisser paraître ce qu’il a compris depuis longtemps : son homosexualité. Sa vie se résume à nier ce qu’il est. Il sourit pour ne pas décevoir ses harceleurs, se trouve des petites copines, fait tant bien que mal ce qu’on attend de la part d’un garçon de son âge, mais il finit toujours pas être rattrapé par la réalité.

Lire la suite

1

D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan (JC Lattès)

d-apres-une-histoire-vraie-de-delphine-de-vigan

Delphine de Vigan abreuve ce roman d’éléments autobiographiques : la narratrice se prénomme Delphine, son dernier roman dont le sujet principal était sa mère malade a connu un grand succès, son mari, François, est critique littéraire et réalise une série documentaire sur des auteurs américains. L’auteur s’engage par ce pacte autobiographique à parler d’elle. Sur la couverture, il est pourtant écrit « Roman ». C’est sur ce paradoxe entre fiction et réalité que se construit le livre.

Lire la suite